Avertir le modérateur

mardi, 11 mai 2010

Attention flottante

On oppose machinalement télévision et pensée. Aussi, la durée d'attention en télévision serait si faible que les penseurs ne pourraient développer leurs pensées dans le timing télévisuel. Devant cette situation médiatique, seuls quelques intellectuels médiatiques se croient autorisés à parler brièvement sur les plateaux télé de sujets qui les dépassent, sujets qu'ils croient bon de saccager pour se faire les découvreurs des figures marginales ou les contempteurs des grandes icônes, faisant oublier qu'ils ne produisent en attendant aucune recherche innovante. Michel Onfray est la manifestation spectaculaire de cette figure.

Si l'impossibilité de penser dans le temps télévisuel illustre les critiques de P.Bourdieu (Arrêt sur images, 1995) à B.Stiegler, où le scoop quotidien chasse celui de la veille, où l'attention des enfants réduit de façon cellulaire à mesure que le cerveau se développe, la télévision et son propre timing visuel (il faut faire vite!) peut cependant permettre de démasquer des postures indélicates. Ceci engendre un populisme manifeste.

Or, la télévision ici peut nous servir à démasquer presque instantanément les faux-sens que nos experts font des sujets dont ils rendent compte. Ici, Michel Onfray détourne magistralement la notion freudienne d'"attention flottante" et la livre à la vindicte populaire... Un coup de populisme savamment donné, pour satisfaire sans doute les sciences cognitives et la cybernétique. Le néo-conservatisme sait se faire rebelle.

A/
Onfray n'a pas lu Freud.
Alors peut-on lire Onfray?
Michel Onfray prétend livrer du haut de son autorité le véritable portrait du père de la psychanalyse. Le dernier opus d'Onfray voudrait se faire le coup de grâce, remettre les pendules à l'heure, en désignant le fasciste caché dans le Freud intime, pionnier lui-même du territoire, voire du continent de l'intime. Or, Onfray se disqualifie en deux secondes (ironie du temps télévisuel) à partir du moment où il livre sa propre définition de cette notion. La réduction de la notion d'attention flottante, "à 450 euros la séance alors qu'on peut en même temps dormir pendant la séance"  est donnée, dans le cadre de la cure psychanalytique, comme une forme affirmée de malhonnêteté des pratitiens de la psychanalyse. Dans ce concert populiste, Onfray assène un contre sens qui trahit et sa méconnaissance de la discipline, et ses idées toutes faites sur un sujet dont il veut se faire le théoricien et l'investigateur. Il demeure que l'attention flottante que définit Onfray passe à la télévision, et qui plus est, va faire rire. Le Patrick Sébastien de la philosophie augmente les émules en lynchage des idoles.


Image 1.png
Michel Onfray sur le plateau d'On est pas couché
(http://www.dailymotion.com/video/xd8iho_onfray-vs-zemmour-naulleau-1-itv-on_webcam)

Ayant réagi sur Le post, je laisse ma réaction et celles des autres internautes.


B/
indfrisable à 14h30
"L'attention flottante" en psychanalyse n'est pas du tout ce qu'explique Onfray ("...ne pas écouter le sujet parler, dormir pendant la séance..."(sic)). Je ne suis pas psychanalyste pour connaître cette notion assez connue semble-t-il, et s'il ne faut pas être psychanalyste pour le savoir, c'est dire si la malhonnêteté intellectuelle de ce saboteur d'Onfray est manifeste. Il véhicule dans l'espace public, notamment à la télévision où personne ne peut le contredire des contre-sens que même BHL ne ferait pas. L'attention flottante chez Freud, je tiens cela d'une lecture de J.F. Lyotard sur Freud a propos duquel il dit que cette attention est la façon de capter les signes du corps discrets, les gestes furtifs qui se manifestent lorsque le sujet en situation de cure parle, et qui sont l'expression de l'inconscient, en somme, tous les signes autres que ceux de paroles. Les rires moqueurs du public contre Freud donnent raison à Onfray mais pas la philosophie sérieuse.


C/
indfrisable à 14h38
... Wikipédia confirme à peu de chose près la définition que je donne (de mémoire) de "l'attention flottante", elle met dans le vent la réduction d'Onfray qui n'a donc pas vraiment lu Freud... Sauf que l'attention flottante consiste surtout à avoir une attention égale devant tout ce qui se dit en cure. Tout écouter, quelque soit la hiérarchie des sujets qui semblent importants. Jacques Alain Miller précise que l'attention flottante aurait dûe être traduite par l'attention égale...

Wikipédia donne une définition.

"Attention flottante
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Psi-stylized.svg

Cet article est une ébauche concernant la psychologie.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'attention flottante est une des règles de la cure psychanalytique ; elle consiste, pour le psychanalyste, à ne pas déranger le flots de paroles de l'analysé, tout en y prêtant une attention particulière. L'analyste doit également prêter la même attention à tout ce que dit le patient afin d'en déceler les éléments tenant du complexe. Elle a été théorisée par Sigmund Freud.

Elle consitue selon Paul-Laurent Assoun la seconde règle constitutive de la technique psychanalytique, avec celle de la libre association des idées[1]."


D/ Docman a répondu. Il remet en question le bien fondé de Wiki.
"
DOCMAN à 16h55
Si "Wikipédia" l'a dit, par Zaratoustra, cà ne peut qu'être pure vérité révélée. Comment peut-on être sûr qu'un "spy" n'est pas en train de dormir comme un vulgaire sénateur en phase gériatrique après un bon repas, au lieu d'être réellement à l'écoute de vos états d'âmes ? Cà vous gratouille ou çà vous chatouille ? Aurait dit le docteur Snock (Qui n'est certainement pas dans wikipédia) avec sa méthode "pouet pouet" empirique... Freud était-il oedipien et aurait-il pu être néopétainiste sarkozien s'il était né au milieu du 20 e siècle ? Voilà la question... ARAMIS"


DOCMAN confond le contenu et le contenant. La notion d'attention flottante n'est pas une rumeur gauchiste ou alter, elle est freudienne. Il renvoit l'amateurisme participatif à une rumeur malfaisante. Le lynchage en règle lancé par Onfray paye. Il fait de freud le bouc-émissaire cristalisant la cohésion populiste.

Notes
______________________

La notion d'attention flottante nourrit la polémique entre les défenseurs de Freud et Michel Onfray. Un débat entre Jacques-Alain Miller (lacanien et pourtant défenseur de l'œuvre de Freud) et Michel Onfray a dérapé au sujet de l'interprétation subjective qu'en a fait Onfray, lors d'un échange qui se transforme en confrontation.

Commentaires

Bonjour Michel,

Je te remercie pour tes remarques incisives sur le personnage et sur ce livre gras c'est qui tombe à pic dans l'air du temps de la foire aux idées et aux associations terriblement populistes (juif,pervers, argent, bourgeois qui se fout du populo ) dans un contexte de crise économiques e. Bien joué mais c'est un coup bas.
A mettre en relation avec ce qui se passe actuellement en psychiatrie (hospitalisation sans consentement).
Facile de tirer sur les ambulances...
J'ai suivi le feuilleton Onfray-Roudinesco, cf Le monde ces dernières semaines... Onfray est d'une vulgarité sans surprise "qu'elle aille se faire psychanalyser".
La question que je me pose :
Comment un individu sans humour et assez sinistre pour un hédoniste peut vraiment parler d'un homme qui avait tant d'esprit ?
Amicalement,
Cathy

Écrit par : Atalante | mardi, 18 mai 2010

On voit une trajectoire philosophique dominée par le rejet des avant-gardes, rejet de la modernité. Il a écrit un opus sur (contre?) l'art contemporain, sur l'athéisme, tous les sujets dont on parlait il y a 50 ans, et qui étaient sujets à controverse. Michel Onfray s'est trompé d'époque! Aujourd'hui, remettre en question la psychanalyse, l'art contemporain, ou la croyance en dieu c'est mettre en place une mise en doute désuète, c'est aussi enfumer. Onfray n'est plus de son temps, il ne peut chercher que vers la réaction, vers le passé, la nostalgie de ce qu'il aurait voulu être, un démiurge.

Écrit par : indfrisable | mardi, 18 mai 2010

Bien sûr qu'il a lu freud en tout cas, mieux que vous...Bien sûr qu'il fait de l'humour aussi mais c'est effectivement vrai que Freud s'est endormi pendant plusieurs de ces séances...Allez vérifier et vous verrez qu'il a raison

Écrit par : Idrees | dimanche, 30 mai 2010

Malheur à ceux qui touchent aux " vaches sacrées ". Onfray a d'ailleurs plus récemment persisté en remettant à sa vraie place le couple Sartre/Beauvoir. Vous me faites penser à ceux qui , suivant le cours de l'histoire dans " Paris Match " s'insurgent de voir paraître ces scandaleuses calomnies sur la saga des Kennedy ! Et pourtant... Onfray est parfois excessif, parfois sommaire dans ses exécutions, mais en général il touche juste pour l'essentiel. Pour revenir à Sartre par ex, il n'a pas été le seul. Revel ( autre pestiféré qui disait des vérités " ) a osé rappeler que Sartre avait écrit en 1953 que " la liberté d'expression était totale en URSS " ajoutant qu'il y avait des gens qui ont eu du sang sur leur stylo. Inadmissible là aussi. Pour le reste Freud et Lacan même combat. Tant qu'il y aura des gogos..
Bien à vous Walter

Écrit par : walter | samedi, 11 janvier 2014

Onfray n'a pas de production personnelle sur notre temps alors il s'affronte à ceux dont il n'arrive même pas à la cheville. Il vient après tout le monde. Ca lui permet de se valoriser, mais pour la posterité il ne representera pas grand chose. Le show sur l'attention flottante de Freud donné à la télé est ridicule et malhonnête intellectuellement. Même si le média en question vous débecte Walter, le comportement du philosophe a eu lieu dans ce type d'espace et je ne vois pas pourquoi il faudrait faire état des faits et gestes des intellectuels que dans les amphithéâtres ou les cafés huppés de la rive gauche. C'est pas le fait de s'endormir en séance qui est grave mais de tordre les notions pour détruire quelqu'un en présence d'un public qui n'a pas assez de connaissance pour évaluer à sa juste valeur la personne mise au pilori. Le jeune public juge à partir d'une déformation, d'une caricature des notions ce qui démontre bien que M. Onfray n'a pas d'arguments théoriques suffisamment affutés pour discuter avec respect du bonhomme, alors il se retourne contre l'homme du quotidien.

Écrit par : indfrisable | samedi, 11 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu