Avertir le modérateur

mercredi, 10 février 2010

"Devenez vous-même"

armee_recrutement.jpgPour recruter, la "stratégie 360°" mise en place par des services de l'armée ne s'est pas cantonnée de plastronner aux sorties des centres commerciaux, à l'assaut d'une jeunesse désœuvrée et pauvre, mais s'est autorisée à entrer dans la vie ludique de la jeunesse pour la séduire : le jeu vidéo. Et l'enjeu n'est pas tant celui de définir ce qu'est par nature une image subliminale mais comment elle est mise en place, comment elle vient à nous par ce message ordinaire placé au bord des terrains de foot, des routes, alors que nous jouons virtuellement au ballon, que nous conduisons le bolide que nous avons préférencé nous-mêmes...

Mais, encore plus inquiétant, l'image s'est autorisée de pénétrer jusqu'au point de l'acte pulsionnel qui consiste non pas à tuer un individu (ce serait tellement grossier), mais au point d'action du joueur. Cette action, et c'est tout le problème, est le moment d'un acte lié à une intensité réflexe, où la réflexion n'a plus (trop) lieu d'être. L'image de ce point de vue est donc une image de propagande car elle apparaît à ce moment là de la vie pulsionnelle du joueur, et elle touche son inconscient, quoiqu'on en dise...

D'autre part, l'insertion d'un "message civique" dans l'intime même de l'individu, dans son être ludique ou pulsionnel, annule la distinction fictive ou réelle du fait de "tuer" quelqu'un, puisqu'il n'y a ni raison ni conscience sur le moment, seulement le potentiel chaotique de la personne. "Devenez-vous même" est un contre-message qui pourrait signifier en substance la voix d'une sirène (l'affiche est d'ailleurs déclinée en une version "femme") qui lui dirait : de toute façon, cette société va te réduire, va te précariser, et l'amour plus personne n'y croit, ton amour, véritable, n'est pas le jeu ou la société de consommation, mais le courage que tu mets à jouer, comme tu joueras en vrai pour défendre ta patrie, viens me rejoindre...." On imagine la voix chaude des sites demi-pornographiques, qui sonnent aujourd'hui d'un autre âge, dans notre environnement puritain, policé à grand renfort d'images, de caméra, de regards, de gardes à vue... "Devenez personne" est en définitif le programme général qui est sous tendu : "alors qu'il n'y a plus rien à faire (la fatalité), venez accepter votre véritable identité, soumise à l'ordre militiaire, le sans-identité" : devenez rien! comme utopie réalisée. Les mercenaires, certaines légions enlèvent l'identité, le nom, la personne civile. La traçabilité est le tabou social fondamental : d'où viens-tu? n'a plus lieu d'être, l'armée mobilise non pas les hommes mais les corps.
On n'entre pas dans l'armée seulement pour faire la paix, il faut à un moment s'y coller, et tuer est un acte qui justement déconstruit l'identité (combien d'anciens combattants doivent cohabiter avec cette réalité?). A l'instar du débat sur une supposée "identité nationale", qui a déconstruit en la posant, la possibilité même d'une expression libre de cette singularité de la question (au vu des nombreuses censures sur le site officiel qui n'étaient pas que "racistes"), le message de l'affiche "Devenez vous-même" ne peut être qu'un contre-sens qui de toute façon annulera toute expression singulière sur le terrain. Un homme sur un théâtre d'opération est un outil, il sera bientôt, comme c'est formidable, remplacé par des robots. Une question identitaire qui disparaît dès lors qu'elle est posée. La reprise idéologique du "débat identitaire" dans le "moi identitaire" du message du jeux vidéo relayé par affiche dans le métro rencontre ironiquement le fiasco du débat sur l'identité nationale qui vient juste de se ramasser.
Séduction qui semble davantage être celle d'une amoralité des services marketing que celle des services des armées. Celle d'une "stratégie 360° qui porte bien son nom et qui confirme encore une fois la thèse fondamentale de Bernard Stiegler selon laquelle toute la société de consommation et le merchandising s'adressent principalement au niveau pulsionnel de la psyché, sont orientés vers cette cible : entrer au cœur de l'individu pour le convertir, et l'abrutir en somme, en dehors de toute conscience réfléchie. En toute logique, le débat sur l'IN était bien un acte marketing, une pure action com'. Il s'agit bien d'une mobilisation propagandaire, publicitaire et militaire. Bush n'a-t-il pas mis en place en 2003 les scénarios de guerre avec l'aide de l'industrie cinématographique Hollywoodienne?... Notre pays poursuit le filon.

En revanche, les services des armées apportent un démenti catégorique à l'argument anti-jeu vidéo selon lequel un excès de jeu vidéo entraîne une violence effective dans la vie réelle. Désormais, la violence ne provient plus du jeu mais de ce qui s'y produit autour.

Commentaires

Bonjour,
Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

Audrey
Responsable communication
audrey@paperblog.com

Écrit par : Audrey | vendredi, 19 mars 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu