Avertir le modérateur

lundi, 17 août 2009

En France plus qu'ailleurs

A propos d'une Enquête : Sarkozy préfère-t-il la 4 fromages ou la pepperoni ? (sur Rue89)

En France plus qu'ailleurs, la plupart des médias (et surtout la presse) sont pris dans une tourmente du « people » qui contamine un show maintenant planétaire. Presque toutes les grandes personnalités politiques s'entourent aujourd'hui d'un professionnel de l'image ou de la com », ce qui donne un discours artificiel et calculé. On peut se demander comment nos modestes députés qui n'ont pas encore assez de visibilité dans la presse n'ont pas encore vendu la mèche du scandale du monde politique actuel : les spectateurs, les lecteurs sont méprisés par un système que ne les prend plus en compte. Le médium s'est retourné sur lui et, comme le disait Mac Luhan, le message c'est maintenant le medium. L'homme politique est providentiel, il ne sait parler que de lui, que de ses goûts. Il revient tout simplement au mode aristocratique, où l'auditeur et le téléspectateur ne sont là que pour le regarder, admirer sa simplicité, à défaut souvent de réelle compétence culturelle. Qu'on me prouve par exemple le goût de Jacques Chirac pour l'art primitif. Le fait que le fonds André Breton ait été disséminée à Drouot en 2003 pour une vente privée semble confirmer plutôt le dégoût de notre ancien président pour la production artistique se référent à l'art primitif. Un mythe a été complaisamment entretenu par les médias sur les goûts privés de Chirac sans aucune preuve, ni conférence de l'intéressé dans le champ de l'art par exemple. Ceci dit, à cette époque, nous n'étions pas totalement dans la vie réelle, le camping et les pizzas…

Pourquoi en somme les élites méprisent autant le peuple français ? Par quels critères judicieux a-t-on les électeurs qu'on mérite ? Déjà, l'objectivation nulle des sondages sur la question de l'opinion est l'une des formes radicale de ce mépris. Avez-vous remarqué aussi qu'il n'y a plus de grande émission politique en prime time, en présence « d'échantillon » de français qui trouveraient un temps d'expression pour décrire leurs expériences. C'est si ennuyeux…

Il n'y a pas une émission de divertissement où un homme politique n'est pas invité. Les journalistes, honteux de ne pas appliquer ce qu'ils ont appris en théorie à l'école, effleurent trente secondes la question politique pour faire bonne figure (Emmanuel Vals devra répondre lors d'une émission musicale de haute volée à l'articulation politique/musique, très très vite). C'est à croire que les marathoniens du discours universitaire s'arrangent mieux du temps cours que de la raison et du savoir. Il faudrait comparer les réponses chronométrées des interventions verbales télévisuelles pour peut-être s'apercevoir qu'aujourd'hui la brièveté des démonstrations est désormais banalisée. Le temps de la télévision arrange bien les politiques, c'est cet état de fait qui a nivelé les discours sur l'image de soi et l'anecdotique, tous à leurs priorités. Pour sa part, Sarkozy vient d'entrer en campagne présidentielle, et cherche à casser sa désastreuse image du bling-blng. Il fait comme Mr Hulot, il est à la plage, achète le papier toilette comme tout le monde…
Cool…
Une des lois du storytelling : comme il lasse très rapidement, il doit se renouveler avec de nouveaux personnages, un nouveau casting, et de nouvelles idées, avec les mêmes acteurs.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu