Avertir le modérateur

mardi, 17 février 2009

Echo à "Guillotinons les guillotineurs" de Seb Musset

Guillotinons les guillotineurs (à propos des chroniqueurs d'On est pas couché, de Laurent Ruquier.

Au moins, l'émission a le mérite d'avoir un léger contenu, comparée à d'autres du même tonneau. Car, le zapping n'est pas le fait du seul spectateur, il agit aussi au sein de l'écriture et de la conception du programme. On voit trop souvent beaucoup trop de chroniqueurs,en plateau , qui ont quelques rares secondes pour dire qu'ils n'ont rien trouvé à dire.

Certes, "On est pas couché" est le talk show people qui ne fait pas intervenir le public. Si une seule émission sur le service public laissait, ne serait-ce au moins que quelques minutes au public, la possibilité de participer à la conversation, on aurait passé un tour de révolution à la télévision, alors qu'on nous parle plus de cent fois par jour des bienfaits du retrait le soir de la publicité au sein du service public.

Mais ce qu'il faut peut-être voir dans ce genre de "spectacle", c'est que le public est le principal exclu. Comme le dit Seb musset, le public n’a comme alternative que le hululement de plaisir ou de déplaisir. La régression rappelle ces phénomènes bien connu aujourd’hui, mais qui, pourtant très populaires à l’époque, ont sombré dans l’oubli de l’histoire. Ces « zoos humains », attractions populaires des expositions universelles du siècle dernier, où étaient exposés dans les principales capitales des « empires », dans leurs huttes reconstituées, des « sauvages », ressemblent malgré les différences et les chartes qualité, à ce plateau de télévision tellement couru aujourd’hui, où même les politiques vont s’ébrouer. Réduit à l’état de sauvage, le spectateur tout comme l’homme politique, assistent, à l’instar du spectateur « plante verte » présent sur le plateau, à sa négation, à son impossible réponse. Comment la politique peut-elle répondre aujourd’hui de cette crise ?

Sans réponse et sans espace de réponse, alors qu’il y a tant d’espaces d’écoute, au sens propre comme au figuré, tant de sollicitations en tout genre, l'illusion dernière de la télévision cérémonielle tombe. Télévision représentative de cette pseudo communauté de consommateurs désœuvrés, mais pris dans l’addiction du nouveau, du scoop enfiévré, ce téléspectateur recherche à tout instant le moindre événement qui pourrait changer un peu l’instant. D’ailleurs, il n’est pas évident que la télévision soit le pendant du téléspectateur, ni même du consommateur. La charge, l’attaque dite critique revient au galot avec nos deux chroniqueurs dont la figure est une distinction de classe, sans démonstration pesée, mesurée. Reste l’alternative la plus sexy : pour garder l’audimat vivant, il faut des victimes, il faut faire éprouver ce sentiment de lynchage symbolique.

La télévision est une passoire à humilier. Si bien que chacun attend, lorsqu'il assiste à ce genre de programmation, le moment où l'humiliation est la plus haute. L'humiliation fait submerger le plaisir de voir la personne sur le plateau déstabilisée, en incapacité. Le plateau de télévision, tout comme certains forums en ligne sur le net (ce en quoi internet n'est pas aussi différent de la télévision), sont l'anti-chambre de l'idéologie du travail où le champ de bataille n'est qu'un espace résiduel de champions. Dans ce cas, la télévision ne s'oppose pas tant au marché et à la distinction de l'économie restreinte et de la fête (société des loisirs et de la dépense), qui se maintient. Idiote et caractérielle, la télévision répond au monde idéalisé du travail avec les figures du looser, de l'imposteur imbécile et de l'obscénité, impactés par la société de consommation, pris dans une inertie spasmodique et farfelue. Nous n'en sommes plus à l'époque où Andy warhol enseignait que le principe du spectacle était pour tout un chacun de devenir célèbre ne serait-ce que 5 minutes. Le public juge au-delà du prestige et du nom, de la capacité à se relever de la situation difficile.

Comme l'affirmait Jean Baudrillard de la télévision, elle n'est là que pour nous rassurer sur le fait que nous sommes bien plus intelligents qu'elle. Peut-être n'a-t-elle que cette fonction rédemptrice?

vendredi, 13 février 2009

Sécuritaires

 

swc12fevrier10.jpg
Bagnolet4.jpg

 

 

Sélection aristocratique pour 95% des candidats

Concours "pour la photographie" HSBC, 2009

Décidément, les valeurs "démocratiques" du secteur privé et notamment de la banque sont bien en mal de répondre, en dépit de la façade, du souci de sélectionner, parmi quelques centaines de candidats, 10 d'entre eux pour le passage devant un jury, en vue d'une exposition. Ce concours, je viens de le rater. C'est une chose. Aussi, je veux rendre public le contenu de mon projet. Une autre est le procédé de sélection des candidats qui me semble complètement aristocratique, dans la forme. L'intitulé du concours semblait aussi large que la discipline : "Fondation HSBC pour la photographie". Or, si j'avais su, sachant que le comité de sélection était le fait d'une seule personne, Directeur du Musée des Arts Décoratifs (où est le rapport avec la discipline de la photographie?), qui prônera, on peut le parier, compte tenue du personnage et de ses goûts tranchés, pour une photographie explicitement homosexuelle, je n'y aurai pas participé, étant de surcroît, mais est-ce la peine de le déclarer, un sale hétéro. Mes photos montraient des usines, des friches, des bordures de routes. Je ne pense pas que Christian Lacroix, dont j'ai de la personne une grande estime, accepterait le "concept". Le concours aurait dû s'intituler, mais on est tout de suite politiquement incorrect : "Pour la communauté gay dont les talents prometteurs font en autre et accessoirement, de la photographie", ou "Pour la photographie de mode"..., ce qui aurait été moins sexy, si je puis dire... pour un concours dont la tonalité est publique.

Voici le motif de mon projet, et quelques images réduites...

Lire la suite

jeudi, 12 février 2009

Bagnolet, 93

 

swc12fevrier.jpg

 

 

samedi, 07 février 2009

Bagnolet, dans le 93

swc6fevrier.jpg





swc6fevrier5.jpg





swc6fevrier9.jpg





swc6fevrier11.jpg


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu