Avertir le modérateur

mercredi, 04 février 2009

Six milliards de moi

Echo à "6 milliards d'autres" de Yann Arthus-Bertrand

swcfevrier2.jpg
A l'image, le projet "6 milliards d'autres" de Y.A. Bertrand, visible au loin sur un placard publicitaire institutionnel. Le côté universel de l'autre, des autres sans grand A me fait douter d'un tel projet. Les autres, tous les autres, qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire pour un photographe? Pensée pré-logique abstraite?L'envers du désir narcissique maintient ce geste démagogique de la photographie documentaire dans l'actualité la plus inactuelle de l'époque. Autant le photographe ment en retouchant numériquement ses paysages vus du ciel, autant l'universalisme du projet sur les autres semble faux. Les français qu'il dit photographier sont une injure à August Sander : ses gens sont vulgaires, mal considérés. Un Deschiens de plus pour Canal. Le restant de ce qui n'est pas moi, la part maudite de ce qui vivra au-delà de moi, et qui me retranche encore plus dans ma solitude, n'est-il pas le "ce-sera" du hors photographique? Notre vérité réside dans ce qui n'est pas encore. Sinon, c'est de la com'

 

 

Commentaires

Ma 1ère réaction fut, "tiens, YAB se met enfin à faire des photos intéressantes..", ce n'est qu'ensuite que j'ai compris qu'il s'agissait d'un blog de photos personnelles..

Écrit par : Olov | mercredi, 04 février 2009

C'est un très bon opportuniste,disposant d'excellentes relations qui est né avec une cuillère en vermeil dans la bouche.Il faut aussi admettre qu'il est un très bon photographe mais il y en a beaucoup d'autres qui sont aisément à son niveau.Lui en vit TRES bien:contrat avec Totota pour rouler en Prius,avec Canon et Fuji pour être payé pour utiliser leur matériel en étant sponsorisé par l'Unesco:mais il y a un brin de jalousie de la part de ceux qui ciritiquent,dont moi!

Écrit par : Dorsi | mercredi, 04 février 2009

Yann Arthus-Bertrand a trouvé un excellent filon pour gagner sa croûte. Sous de couvert d'écologie, avec ses yeux de teckel, il abuse le monde en polluant les airs avec ses multiples voyage en jet et hélicoptère, et revend ses albums de photos, en pleurant:"regardez ce qu'ils font, et ce qu'on va perdre!" et il en rajoute une couche à chaque fois!

Écrit par : arontheclock | mercredi, 04 février 2009

Bravo Y.A. Bertrand. Informer est fondamental, le plus gros danger c est l ignorance. Vivre en étant lucide est le projet de toute vie. La planète est en danger, YAB montre qu elle est belle et que les gens sont divers et beaux. Mais la croissance démographique mondiale menace la terre. Aussi, l 'ONU doit demander à chaque Etat de la planète de NE PAS DEPASSER l' AUTOSUFFISANCE AGRICOLE. Chaque pays doit produire localement ce qu il faut pour nourrir sa population. Exemple: la Cote d' Ivoire doit produire du Mill au lieu d'importer du riz et d'exporter du cacao. Le commerce international est basé sur le gaspillage de l énergie des transports . Il faut taxer les exportations des pays qui exportent des produits agricoles avant de nourrir leur population.(ex : riz, agro carburant, café, caco, avocat) SVP = Sauvegarder Vivante la Planète !!!

Écrit par : Ecovéritas | mercredi, 04 février 2009

y en a qui meurt du cancer et des profiteurs qui en vivent.
y en a qui crève de la pollution et d'autres pollueurs donneurs de leçons qui font leur bisness avec les photos,les repportages,le ciné,ils ont
bonne conscience et les poches pleines.

Écrit par : GUYADER | mercredi, 04 février 2009

Yann arthus Bertrand est une industrie photographique, qui vise à produire en masse un travail photographique. Son équipe est constituée d'une somme d'assistants, d'iconographes, pour entretenir le lien entre sa création et les institutions. Exposé, adulé pour ses motivations humanistes, il ré-enchante un public qui a besoin de beaucoup de bonheur, car il imagine qu'il est bien tapis quelque part, ce bonheur. Sur le forum de son site officiel, les internautes captivés disent tous la même chose. Un besoin de plaisir naturel chasse une désespérance industrielle peut-être, mais c'est cette même industrie photographique qui l'aliène à son tour. Le public, pour reprendre l'expression de Jacques Rancière, doit s'émanciper des images pour sortir d'un style qui n'en est pas un, celui tellement chic de YAB.

Si l'esthétique de YAB séduit, c'est parce qu'elle est facile, parce qu'elle flatte les sens d'un public attendrit par la sensation de la beauté naturelle. Mais la nature est, du moins à partir de ce qu'il en reste, n'est ni belle ni repoussante, elle s'installe, progresse tant qu'il y a de l'oxygène.

Andy Warhol avec sa "Factory" allait bien plus loin en s'identifiant à la machine, et ses images, en jouant le jeu comme une machine, sans investissement sensuel ou esthétique, redoublaient en force d'indifférence.

YAB cherche peut-être à trop bien faire pour améliorer l'humanité, et son attention sur ce qu'il perçoit des hommes voile leurs subjectivités. Les fonds neutres adoptés y sont pour quelque chose, les performances aussi. Comment demander à quelqu'un d'être médiatique sans lui donner les ficelles. Ce double jeu de l'artiste avec l'ingénuité paresseuse du photographié éloigne à la fois les possibilité du médium et les facultés de celui avec qui ils cherchent à nous toucher, de leur simplicité. La simplicité mimée, fausse, caricaturée est calculée, numérisée, fichée même. Nous ne sommes pas loin de la délation visuelle, car ce qui apparaît à l'image, n’est qu’un sujet divisé qui parle à la place de son autre partie, comme un vulgaire numéro de ventriloque.

Écrit par : indfrisable | jeudi, 05 février 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu