Avertir le modérateur

jeudi, 06 novembre 2008

Obama : "noir" ou "métis"?

Le déni de Sarkozy sur la couleur d'Obama

Il n’est pas dit que les années « Bush » soient terminées en France. C’est à travers le langage que la guerre persiste. Pour rendre compte de la situation américaine en France, doit-on conserver les termes de « noir » ou de « métis », lorsqu’on parle de Barack Obama?

L'évènement "Obama" aux Etats Unis d'Amérique signifie du point de vue de la politique des identités possibles l'arrivée au pouvoir d'un "noir" pour les américains, alors qu'il s'agit en réalité pour nous en Europe d'un "métis". Cette différence de perception et de définition change l’interprétation que nous pouvons avoir de la signification de sa réception en Europe, en fonction bien évidemment de la « couleur » politique de celui qui parle.

Focaliser l’événement "Obama" sur le fait qu'il est noir, comme le fait « l’administration Sarkozy » aujourd’hui, lorsqu’elle passe en revue les « satisfactions » qu’elle peut ressentir à son égard (que ce soit avec les propos du Premier Ministre F. Fillon que de la secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme et aux affaires étrangères, Rama Yade), c'est garder le point de vue américain sur la dimension quelque peu amoindrie mais raciste de l'identité, qui est qu'un blanc avec une seule goutte de sang noir est "noir".

Ainsi, le mélange et la pureté raciale sont les termes opposés de l'idéologie de ce qui ferait passer l'impur de l'autre côté d'une "perfection" blanche, démarche qui nous renvoie aux théories racistes qui faisaient la science légitime de la fin du dix neuvième et du début du vingtième siècle. Maintenir la signification pour l'administration Sarkozy que l’arrivée au pouvoir aujourd’hui de Barack Obama serait la seule conséquence  logique de la discrimination raciale et la prise en compte historique de la dette américaine envers son peuple afro-américain, c'est dénier plusieurs significations, que l’on peut passer en revue rapidement.

I/ Maintenir le caractère « noir » de barack Obama est dénier que l'arrivée d’une telle figure est la conséquence de l'abjection générale de l'administration Bush et de ses exactions dans le monde, parce qu'il est dans l'intérêt de "l'administration Sarkozy" de continuer le projet néolibéral et néoconservateur en France.

II/ C’est maintenir aussi l’idée que ce qui est la conséquence aux Etat-Unis d’Amérique d’un modèle idéologique très couru aujourd’hui en Europe, et qui tend à devenir complètement dépassé (le néolibéralisme de Bush), est à maintenir positivement dans la mesure où affirmer que l’accès au pouvoir par un « noir » n’est possible que grâce à la politique pitoyable de Bush. L’arrivée d’un « noir » n’est plus la conséquence du rejet de Bush et de sa politique, mais la conséquence heureuse d’une politique radicale. L’UMP d’ailleurs communique en chœur l’idée qu’un tel événement puisse advenir en France.

Commentaires

De quoi te mele t on?sortir un beau matin en se disant que l homme le plus puissant du monde appartient à cette catégorie de "mélanisés" qu on s est attelé à stigmatiser au long de nombreux siecles d'esclavage,de segregation et de la colonisation.çà fait forcement mal quelque part.Obama est porteur de cette histoire d'une catégorie sociale historiquement exploitée et spoliée de sa dignité qu il peuvent légitimement revendiquer aujourd'hui.Comme il le dit lui meme:“Lorsque j’appelle un taxi dans la rue, selon vous, pensez-vous que le chauffeur dise: “celui-ci c’est un métis!”.
L'élection d'Obama est historique,après l'esclavage du peuple noir,leur lutte pour avoir le droit de vote en période de ségrégation raciale.Les noirs constituent une catégorie sociale historique au delà des considérations biologiques qui ne sauraient expliquer ni justifier les injustices dont de ils ont tant souffert.
Quelle mauvaise foi que de feindre d'ignorer la réalité historique,celle des Etats-Unis et d'une Europe raciste qui aujourd'hui veut faire de la victoire d'Obama un cas d'opportunisme ethnique (ignore t on ce qu est la discrimination positive sans laquelle les portes de Harvard seraient restée fermées à un Obama parce qu il est noir?).
L'election d'Obama est à mettre à l'actif du peuple noir,dire le contraire revelerait de la névrose ou simplement du négationisme historique.

Écrit par : paulin | samedi, 15 novembre 2008

"De quoi se mêle-t-on"?... je suis blanc et j'apprécie Obama, il se trouve qu'il est métis. Il n'appartient pas aux noirs, mais en ce moment, aux progressistes...
Dur à avaler pour les pro-ump, pour qui Sarkozy est le "calque" de la politique de Bush.

Écrit par : indfrisable | dimanche, 16 novembre 2008

OBAMA EST NOIR point barre!!!!!!!!!!!!

Écrit par : winner | lundi, 19 janvier 2009

Être "noir" aux USA c'est être pour les blancs impur. Ce fond raciste structure la société américaine de telle manière qu'une seule goutte de sang "noir" fait que le "blanc" perd sont statut de blanc. Principe raciste de base qui fait dire à ceux qui en sont si sûr qu'Obama est noir...

Écrit par : indfrisable | mardi, 20 janvier 2009

obama n'est pas noir mais métis!ceux qui,ignorant l'histoire des u.s.a d'une part et, rejetant la réalité d'autre part continuent d'affirmer que obama est un noir ne sont pas près de se défaire de l'ignorance qui nourrit leurs préjugés tronqués;Absolutistes et opportunistes meme combat:perpétuer l'obscurantisme dans l'espoir dans tirer quelque bénéfice.

Écrit par : kameni | mercredi, 21 janvier 2009

obama est un métis!

Écrit par : kameni | mercredi, 21 janvier 2009

obama est métis... même si ça fait de la peine au blanc de partager leur blanchitude........ il est métis... moitié blanc...

Écrit par : isao | samedi, 22 août 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu