Avertir le modérateur

jeudi, 30 octobre 2008

Montreuil, France.

poteaux.jpg`
Montreuil, France.




poteauxbagnolet.jpg
Montreuil, France (2).




immeuble3.jpg
Montreuil, France (3).




immeublepointe.jpg
Montreuil, France (4).

lundi, 27 octobre 2008

Mesrine "Ennemi Public N°1"

La question sur Jacques Mesrine, au-delà du coup médiatique, est morale plus qu’économique. On entend pas mal d'internautes qui repprochent au film "L'instinct de mort" de constituer un standard de plus au merchandising, qui reprendrait à son compte par récupération les icônes et les figures de la contestation, aussi déviantes soient-elles, pour élargir la ventilation culturelle. C'est une mode, depuis quelques années, le cinéma français ressort ses héros historiques heureux ou malheureux pour les raconter. Pourquoi certaines figures issues de la grande criminalité ressortent aujourd'hui, alors que leurs destinées cinématographiques étaient à éviter? Il faut bien le constater, au cinéma la plupart des films sont un portrait de la classe bourgeoise et de ses travers, et si le terme semble galvaudé aujourd'hui, ils sont un miroir de la classe des bobos, au sens le plus large du terme. Plus que la question économique, la question que pose le film est plutôt, à mon avis, une question morale, puis politique.

Lire la suite

vendredi, 24 octobre 2008

Arrêt momentané des travaux


immeublebureau.jpg
(Montreuil, France)

 

Le petit Bar de quartier, menacé par l'implantation de bureaux, de "zoning", montre encore la limite visible entre la ville des décideurs et la ville du peuple. J'aurai pu faire une deuxième photo plus explicite de cette limite, mais la frange du mur était mal placée. C'est une belle allégorie de notre époque, celle qui montre l'hégémonie du monde économique sur la réalité.

Le monde de l'expertise, les "experts" savaient que ce quartier de maison ne durerait pas longtemps. Dans leurs projets de bureaux, ils ne se demandaient pas comment faire cohabiter des mondes différents, puisqu'ils savaient que le matériau "résiduel" devait pourrir et disparaître. Que l'urbanisme ne se décide pas selon des grands principes utopiques de construction à la "Le Corbusier", mais à partir de la destruction des vies et des habitations ouvrières.

Les villes de la petite ceinture, Montreuil, Bagnolet, mais aussi Malakoff, Vanves, ont toutes subies cette mise au pas, car les générations ouvrières qui étaient placées aux abords de la Capitale vivaient dans des habitations à bas loyers, mais qui appartenaient à la Ville. Ces "collages", ces monstruosités gardent quand elles ne sont pas arrivées au bout du processus d'unification, le certain charme de l'hétérogène. Ces vues sont le témoignages de la contradiction de deux réalités qui se disputent un seul monde.

Les villes de la petite couronne subissent l'implantation des entreprises autour de la Capitale, pour dynamiser l'emploi. Le prétexte est bon pour que les collectivités locales se renflouent de la taxe professionnelle des entreprises. Mais au train où vont les choses, où la récession guette l'environnement des anciens pays monopolistiques,ces bureaux seront bientôt vides, désertés, prêts à être squatés par ceux-là même qui travaillaient en leur sein. Si les experts vivent toujours selon des présupposés d'envahissement avec un train de retard, c'est qu'ils ont perdus la signification du présent. Ils pensent répondre à une nécessité progressiste, mais il régresse dans leur visions arrogantes. La "majesté" des bureaux aux formes ambitieuses témoigne de ce discour architectural.

Est alors greffé dans un milieu un morceau idyllique, qui, à l'instar du désir imaginaire auquel répond la personnification d'un Frankenstein, fait de multiples morceaux de cadavres, donne ce côté expérimental à la chose. Contre l'expérimentation devenue hasardeuse, aux vues de la déconfiture actuelle, une réalité non économique est absolument à réinventer.

David Pugadas s'infiltre.

Résumé

Le grand tort de la télévision et de ses réflexes, à mon avis, est qu'elle se restreint superficiellement au sujet d'analyse qu'elle prétend traîter. Elle ne reliera jamais son sujet à une question plus large qui pourrait toucher d'autres "sujets". Et l'image est cet outil de restriction, qui, servant à canaliser l'attention du spectateur, le maintient dans son affection, dans sa morale. Elle lui dit alors à demi-mots qu'il est mieux positionné, plus moral, un téléspectateur qu'elle ne viendra pas voir, parce qu'il est normal, inintéressant. Ce dernier est alors valorisé dans son conformisme. Les choix thématiques sont les plus destructeurs à la télévision, quand ces thématiques n'abordent pas d'autres points de vus. Ce que sait encore faire Arte. Une thématique ne peut se limiter à une seule émission, car elle ne représente qu'une seule vision, et sera manifestement le contraire de la vérité.

Lire la suite

lundi, 20 octobre 2008

Laguiole, Aveyron, France


Makinachien.jpg




MakinaPescara24.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu