Avertir le modérateur

vendredi, 27 juin 2008

La mainmise d'internet pour les intérêts électoraux de l'Etat

 
 
«Les chaînes de télé font fermer les «gros comptes» de Dailymotion». Cela confirme le rôle d’un Etat conservateur, qui a pour fonction de conserver coûte que coûte son pouvoir pour se faire réélire. Etat qui utilise toujours un outil en voie d’extinction, la télévision publique, mais qui panique à l’idée de perdre le contrôle de l’opinion publique. Certes, cette télévision du pouvoir est concurrencée aujourd’hui par internet, il est donc urgent de mettre au pas les diffuseurs de télévision dite « pirate » sur le net, en l’occurrence Daily motion, afin de maintenir la mainmise du pouvoir sur le réseau internet. Le rapport Copé n’est que cela, une menace déguisée à l’intention des diffuseurs du web, en vue de recadrer leur rôle qui est désormais de servir les intérêts de l’Etat souverain. Mettre aussi au pas les internautes qui ne trouvent d’ailleurs aucun intérêt à regarder la télévision. L'alternative de l'Etat consiste à rabattre les internautes sur leur boîtier télévisuel sans passer par le réseau. Mais la dissuasion de la fiscalisation du net par la redevance publique ne va pas les en éloigner. Ces derniers chercheront quelque part à rentabiliser cette redevance injuste en consommant encore plus de programmes pirates, non pas par esprit de transgression, mais par souci de justice. En plus d'une convergence des médias qui contredit une situation qui va de plus en plus se centraliser à partir d'une unité placée dans la maison. La télévision.2 concurrence le net.2. Nous sommes en train de tomber dans l'ère post-télévisuelle.

Je ne crois pas que ce soit une régression type "ORTF" comme l'affirmait dans son édito du 26 juin le directeur de Libération Laurent Joffrin, mais une involution de la télévision. Employons les grands mots... Gilles Deleuze distingue dans Mille Plateaux, la régression de l'involution, forme dégradée de l'évolution d'un système dans son devenir, qui s'applique toutefois aux minorités, et non aux grands systèmes dominants. Il cherchait à répondre à la question de l'involution : comment une femme peut devenir une femme? Comment un enfant peut-il devenir un enfant? Et aujourd'hui, comment un téléspectateur peut-il devenir un téléspectateur?... Cette question a à mon sens une importance capitale, pour re-définir une démarche citoyenne.

Il aborde sa relation d'interdépendance comme un citoyen qui n'a pas oublié de l'être, et trouve des résistances, des parades pour s'informer, trouver la bonne information. Alain Finkielkraut lors de son dernier Répliques, a manifestement marqué son mépris dans un "chapeau" polémique, contre la forme du Blog : "France Culture n'est pas un blog". Sous prétexte que sur un blog on dit forcément n'importe quoi, il confond comme de tradition le médium avec le contenu. Critique éternelle des conservateurs mis en danger...
 
Pourquoi un professionnel de la communication philosophique, qui n'a pas crée un seul concept valable, dont le travail n'est pas du tout discuté dans la communauté des philosophes, s'acharne-il à dénoncer les blogs, fait-il le gardien de la bien-pensance? C'est ce mérpris et cette intolérance qui sont scandaleux.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu