Avertir le modérateur

vendredi, 11 janvier 2008

...

Révisionnisme constitutionnel.

Nous risquons un sorte de révisionnisme constitutionnel si aucun des socialistes n'assume son choix au Congrès deà Versailles. Henri Emmanuelli a raison d’aller à Versailles pour voter contre le projet du traité constitutionnel 2008, car il assumera son choix personnel et « politique » dans un mode de scrutin qui doit être établit au projet du mini traité constitutionnel de Lisbonne, qui consacre le liberalisme. Il faut au minimum au Congrès de Versailles les 3/5 des votants pour obtenir un mode de scrutin parlementaire définitif. Et ce projet constitutionnel serait confirmé sans crainte par l’UMP si la gauche parlementaire n’y allait pas, car les tenants du « non » au sein de l’UMP sont une minorité, mais pas à gauche par contre, où c’est bien le «non » qui a préexisté en 2005 avec les positions de Fabius, d’Emmanuelli au sein du Parti Socialiste... Si la gauche du «oui » s’abstient au vote parlementaire du Congrès à Versailles, c’est laisser en somme l’UMP majoritaire du « oui » au parlement confirmer ce projet de réhabilitation 2008. La gauche du « oui » prouverait alors qu’elle n’a pas le courage d’assumer son choix précédent (ça s’appelle de la lâcheté en politique comme ailleurs), et d’autre part ferait en sorte un retour sur l’Histoire, car nous avons affaire en 2008 au même traité Constitutionnel que celui de 2005. Le mot d’ordre « la gauche du « non » doit donc se mobiliser pour Versailles » ne suffit pas, il est même incohérent de présenter la chose de la sorte, c’est ignorer la majorité des Français au « non » du Traité Constitutionnel de 2005, qui n’était pas proportionnel aux nombre de candidats qui se présentaient au « non » en 2005. La situation s’auto-parodie en une réduction disproportionnée du contexte politique, en l’occurrence le peuple, par la substitution à ce peuple d’une représentation parlementaire faussée sur la question constitutionnelle de l’Europe qui a été tranchée par ce même peuple en 2005. Si par le biais du référendum de mai 2OO5 les Français ont choisi le « non » au traité Constitutionnel, choisir contradictoirement le vote « oui » parlementaire sans débat national majeur pour le traité 2008 est en quelque sorte trahir le choix des Français en 2005. Parce qu’on si on a refait en 2OO8 à peu de chose près le même traité qu’on a conçu en 2OO5, on annule de choix légitime fait par le peuple en 2OO5, et on revient après coup sur un choix politique préétablit par une élite institutionnelle. On dépolitise le choix politique parce qu’on fait comme si il n’avait jamais eu lieu, en l’effaçant de l’Histoire. C’est bien à une sorte de révisionnisme politique auquel nous avons affaire.

Commentaires

Si tous les députés et sénateurs P.S votent non au congrès de Versailles , les Français ont une chance d'avoir le référendum avec la règle des 3/5 . alors c'est une grosse connerie que d'appeler au boycot . Emmanuelli a raison , la gauche aurait mieux fait de le présenter contre Sarko , on n'en serait pas là aujourd'hui

Écrit par : nunu | vendredi, 11 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu