Avertir le modérateur

lundi, 09 juillet 2007

Le psychologisme d'état

Les quelques interventions en télévision ou en interview qu'a fait Nicolas sarkozy révèlent un discours caractéristique porté non pas vers un contenu politique mais vers une dépolitisation du discours politique même. Cette dépolitisation du discours politique reste néanmoins une manière d'exercer pleinement un pouvoir ou de le convoiter au-delà de nos frontières, puisque le système de séduction Sarkozy s'élargit désormais jusqu'à l'Europe. Le traité constitutionnel allégé pour l'Europe qu'il a réussi à porter aux nues sans même en expliciter le contenu montre non seulement le vide avant coureur de ce projet mais aussi une détermination étrange de la part d'un homme qui se dépasse en dépassant les limites de son exercice. La dépolitisation du discours agit par simulacres occupationnels car il semble nécessaire que pour arriver à sa fin, ce discours doit combler un déficit conceptuel par du "sexapeal" ou par une séduction particulièrement démagogique. Une telle situation faite d'audiences désœuvrées de la société people que les médias de masse et grands groupes préparent depuis 2001 avec Love Story préfigure une situation aujourd'hui très préoccupante car prise dans un régime général du sensible. On peut en voir en quoi cette catastrophe sensible commence aussi bien avec le "11 septembre" qu'avec Love story, avec Le séisme du 21 Avril 2002 qu'avec le "6 Mai 2007".

Cette dépolitisation du discours ne peut se faire que par la mise en avant de formes aux contenus spécifiquement affectifs, psychologiques, dénués de toute forme structurelle ou collective, de manière à masquer le déficit de pensée théorique du petit homme. C'est qu'en effet Nicolas Sarkozy ne sait que passablement aligner les points positifs de personnalités de gauche, phénomène contradictoire avec le fait qu'il combattait ces même hommes ces derniers mois avec une hargne inégalée. La nationaliste Jaurès aurait été trahit par la gauche de notre temps. C'est cette vision d'un Jaurès national qui déjà trahit l'internationalisme du personnage, et l'amalgame nourrit le souci pour Sarkozy de trahir sans honte l'histoire à des fins électorales.

Aussi bien la première interview télévisée de ce Président montrait la carence idéologique de sa pensée compte tenue du seul catalogue des qualités individuelles qu'ils pouvait décliner autour d'hommes de gauche qu'il allait chercher à débusquer. Qu'autant dans Le journal du dimanche du 8 juillet 2007, c'est ce même procédé de qualificatifs autour de personnalités diverses ou de promesses réalisées qui annonce par le néant le vide non pas idéologique mais programmatique de la pensée décompléxée d'une révolution néo-libérale en place.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu