Avertir le modérateur

mardi, 26 décembre 2006

Noêl et mauvaise conscience

Les évènements liés à Noël ont leur part d’affect propre devant tout le déballage de produits alimentaires et clins d’œil déguisés, qui va de l’idée de la famille réunie et heureuse devant les cadeaux que rien ne distingue d'objets ordinaires destinés aux adultes, et que rien ne ditingue de jouets extraordinaires destinés aux enfants; image d’épinal d’une maisonnée qu’on ne trouve pratiquement que dans les compte de fées, reliée aussi à la Crèche mythique reconstituée en modèle réduit ou à l'échelle 1/1, avec des vrais annimaux le cas échéant ou des militaires en tenue de combat (vu dans le JT sur France 2). Evidemment comme on ne convient que partiellement à l’image idéale du bonheur familial, on est plus ou moins triste, mais ceci nous donne l’occasion de penser à ceux qui sont seuls dans une sorte d’empathie collective. Faut-il alors être triste pour être capable de comprendre la tristesse des autres ? On peut d’ailleurs remarquer que l’empathie sociale en temps ordinaire n’existe pas vraiment, sauf pour les communautés en tous ordres : Téléthon, que sais-je, mais pas individuellement comme à Noël (rencontrer quelqu’un au hasard et l’inviter pour marquer le coup semble nourrir cette image d’épinal qui vaut son tonneau de bonté). L’empathie individuée joue son rôle pendant les moments les plus critiques de l'existence, mais quand tout est redevenu normal, pourquoi reprend-elle son caractère guerrier ??? Confession déguisée d'une mauvaise conscience commune?

Avec la journée des morts de la Toussain, il y a peut-être la journée des vivants, symbolisée par Noël, c’est aussi ce message d’amour qu’on vit de deux façons pour les médias, soit de façon païenne avec le commerce intensifié autour de l’événement concurrencé tous les mois par d’autres fêtes par ailleurs (Halloween, etc…toujours fêtes importée par les USA), soit d’une façon religieuse reliée dans une moindre mesure peut-être à la consommation, mais malgré tout dépendante d’une dépense alimentaire somptueuse. Parmi toute cette orgie culinaire, seul parmi les personnages publics l’Abbé Pierre en France doit fêter Noël dans une grande simplicité. Ceci semble aller à l’encontre de l’idée que les médias nous donnent de Noël. Si on nous disait de ne pas consommer, d’arrêter d’acheter pour penser aux SDF, ça ferait désordre. Il y a eu récemment cette action qui invitait à quiconque se sentait solidaire du problème de la pauvreté dans un pays riche d’avertir les politiques d’une manière impliquée en allant dormir par geste de solidarité dans une tente avec « des » SDF. J’ai trouvé cette action forte symboliquement.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu