Avertir le modérateur

dimanche, 24 décembre 2006

Photographie argentique et numérique

Je crois que l’appareil argentique n’est pas abouti par rapport au « tout numérique », expression qui renvoie à un univers actuel de plus en plus convivial et domestique où l’informatique arrive à concentrer pratiquement tous les appareils qui nous environnent vers un centre. C’est une concentration technique qui fait qu’aujourd’hui de plus en plus la tendance est d’avoir un ordinateur central qui compose tout l’environnement d’une maison du chauffage à la chaîne stéréo en passant par l’ordinateur jusqu’à la gestion de la lumière, etc…. De ce point de vue le classique système de l’appareil argentique n’était qu’un système autonome, sans prise avec d’autres outils qui auraient pu le compléter, ou le faire servir à autre chose ou un autre emploi. Un outil « moderne » par excellence, par opposition à mos outils hybrides d’aujourd’hui, donc post-modernes. C’est moi qui voit ça comme ça tu me diras… une interprétation personnelle. Regarde les téléphones portables actuels par exemple, ils sont pratiquement tous dotés d’une caméra pour la photo ou la vidéo, et ils ont le Wifi avec l’ordinateur, connectable à l’internet. L’appareil numérique « qu’on achète pour tout faire » semble avoir pour toi une qualité moins grande, donc plus grand public et plus pratique ? C’est vrai que les gens pensent qu’ils ont moins de complication technique lorsqu’ils achètent des produits numériques, et que s’ils se dotent d’un appareil argentique ils devront se mettre à apprendre vraiment la discipline, alors que cette idée à mon avis est fausse. L’outil classique semble pour ceux qui ingurgitent par la publicité l’idée que nous traversons une révolution informatique bouleversant nos pratiques de vie condamné. Mais pour la plupart des produits, les problèmes se répètent en argentique comme en numérique. Le « grain » du papier (les ISO ou ASA pour le film dans l’appareil ou l’indice du papier) sont équivalents aux problèmes liés au « bruit » d’une image numérique faite en basse lumière ou en haute sensibilité. Ou encore la batterie limitée à peu de temps du compact numérique ressemble par homologie à ce que la pellicule à priori limitée de l’argentique nous impose en contrainte de prise de vue, alors que l’usage limité de la batterie du numérique limite à sa façon l’apparente liberté et infinité de la prise de vue… La seule différence notoire entre argentique et numérique -- le même rapport entre la drague et la relation amoureuse --est à mon avis l’espace entre le temps du déclenchement dans l’action de photographier et le développement ou l’apparition de l’image à l’écran de l’appareil. C’est une forme instantanée d’évolution comme en 1921 lorsque Leica inventait « l’appareil instantané » qui pouvait prendre une photo à 1/125 ème de seconde alors qu’auparavant les appareils prenaient plus de temps à la prise de vue, disons 30 secondes (au hasard de mes connaissances approximatives…).

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu